Pages Navigation Menu

Tout sur les nouveaux logos

Steve Jobs, les logos et les hommages

Steve Jobs, les logos et les hommages

On représente souvent une idée par une ampoule. Mais si on devait le faire avec un fruit, ce serait très certainement une pomme.

Steve Jobs, le charismatique fondateur d’Apple décédé le 5 octobre dernier, l’avait bien compris : en utilisant l’heureuse mésaventure d’Isaac Newton en guise de logo pour la compagnie qu’il s’apprêtait à lancer, il tenait là un symbole qui allait devenir une véritable icône mondiale pour des générations à venir.

Le tout premier logo d’Apple fut trouvé en 1976 par Steve Jobs et dessiné par l’un des pères fondateurs de la boîte, Ronald Wayne, lequel vendra ses 10% de parts de la société une douzaine de jours après sa création.

Le tout premier logo d'Apple

On y voit Sir Isaac Newton assis au pied du pommier dont le fruit s’apprête à tomber, relatant ainsi la légende selon laquelle cette chute lui aurait inspiré la loi de la gravitation universelle.

Cette illustration manuelle est agrémentée sur son contour par un extrait du Prelude du poète anglais William Wordsworth “Newton … A Mind Forever Voyaging Through Strange Seas of Thought … Alone.” (« Newton… Un esprit voyageant pour toujours à travers les étranges mers de la pensée… seul. »)

Le second logo d'Apple

Il faut souligner l’influence énorme que Steve Jobs a eu sur le design des logos dans le monde en faisant d’abord appel à Rob Janoff qui dessina (sans ordinateur, bien sûr) une pomme croquée pleine de couleurs. Et contrairement aux idées reçues, cet arc-en-ciel n’a à voir ni avec le mouvement hippie dont Jobs se revendiquait ni avec un quelconque hommage envers Alan Turing, persécuté et condamné pour son homosexualité. En fait, il s’agissait de représenter la capacité de l’Apple II à afficher des couleurs et d’apporter une touche d’humanité au logo. Tout simplement. Quand à l’ordre des couleurs en question, elles s’accordent à une gamme chromatique en plaçant le vert en haut, simplement parce que c’est la couleur de la feuille. Et si la pomme est croquée, ce n’est absolument pas en référence à Adam et Ève ou au terme informatique « byte« , mais simplement pour ne pas la confondre avec une cerise.

Tout ceci est expliqué dans une très bonne interview du designer sur le site Creativebits.org que je vous invite vivement à lire si l’angliche ne vous rebute pas.

Mais la révolution (et c’est là que l’influence commence vraiment) viendra 22 ans plus tard, en 1998, lorsque le californien fera appel à la renommée agence Landorpour redéfinir la fameuse

Les versions monochromes

pomme déjà mondialement connue, laquelle passera alors en monochrome, puis en 2001 avec une nouvelle version dite « aqua« , qui colle parfaitement avec le design et les couleurs du nouveau bébé nommé « iMac« . C’est cette dernière version, révisée en 2003 et dont le principe sera repris sur les boutons de l’iPod Touch et de l‘iPhone, qui définira une nouvelle mode graphique encore utilisée aujourd’hui, l’effet « glossy« , ou « aqua » ou « web 2.0 » selon les points de vue.

Au-delà même de son attachement au design de ses produits, Steve Jobs attachait beaucoup d’importance au design de ses interfaces et donc par extension des logos et icônes desdits produits.

La mode du logo à reflet embossé, apparentée à l’effet produit par la technique du doming, a ainsi explosé en pleine bulle des start-up, s’étalant partout et chez tout le monde. De très nombreuses entreprises et sites internet ont ainsi adopté ce style qui du coup a été baptisé (à tort) « style web 2.0« .  YouTube, France Télévisions, WordPress fût un temps, ou plus récemment et à moins grande échelle GAN, HyperBuro ou encore Elis ou DIM, ne sont qu’une poignée d’exemples parmi des milliers.

Et qu’on le veuille ou non, cette mode a été, peut-être pas inventée, mais tout du moins popularisée par le design des boutons des appareils Apple.

Miles Newlyn, designer entre autres des logos Unilever, Suez ou Skittles, explique, dans une interview à paraître prochainement sur ActuLogo, que « si les boutons « gels » d’Apple ont eu un tel impact dans le design des logos aujourd’hui, c’est aussi parce que le fait d’associer logo et bouton offre une action, une interaction au consommateur, comme pour les icônes d’un bureau d’ordinateur« . Gerard Huerta, toujours sur ActuLogo, attribue cette mode à « sa facilité de reproduction grâce aux effets numériques« .

Toujours est-il que les faits sont là, et même si cette mode a tendance à disparaître (on le constate notamment avec le remodelage du logo Google Chrome), l’influence de Steve Jobs en terme de graphisme et de design est toujours présente dans nos outils du quotidien.

Pour finir, et parce qu’on soit pro-Apple ou anti-Apple, il faut savoir reconnaître les innovations qu’un homme ait pu faire naître, voici quelques détournements du logo Apple réalisés en hommage à Steve Jobs et glanés par-ci par-là sur la Toile.

L'hommage de Jonathan Mak

L'hommage de Libération en une du journal

 

L'hommage de la marque Oasis

L'hommage de Macnana, graphiste belge

L'hommage d'ActuLogo

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

7 commentaires

  1. Le votre est super. Chapeau

  2. J’aime bien, bravo!

  3. Votre article m’a inspiré un logo d’hommage : http://www.franckizquierdo.com/mon-hommage-a-steve-jobs.html

    Bonne soirée

  4. Nice Aurel, very smart and instructive. Tx.

  5. Hommage de Nude à Steve Jobs, qui en plus d’être un visionnaire, a été un maître ès branding.
    http://nude.eu/#/fr/home/lactu/news

    Bravo pour votre logo.

  6. « Personne n’est irremplaçable, mais quand même, j’ai eu comme un léger coup de spleen à l’annonce du départ de Steve Jobs, bien que je n’ai pas toujours été et de loin d’accord avec ses derniers choix plus que douteux notamment en matière de morale.

    Non, c’est plus les début d’Apple que j’ai vu naître auxquels je pense, utilisateur et possesseur des premiers Macintosh, et de tout ce que ça signifiait (bien plus à l’époque qu’aujourd’hui), ce besoin de ne pas être comme les autres (la grande majorité), de faire partie d’une famille (une secte ?) qui se démarquait du reste du marché, fidèle même quand la Pomme, mal en point, prenait l’allure d’une compote, ce souvenir de concerts mythiques (auxquels je n’ai jamais assisté du reste) qui mettaient en scène des groupes tels que les « Talking Heads » entre autres (sponsorisés par Steve Wozniak le compère), qui restent pour ma part attachés à cette approche si différente de celle que les autres pouvaient proposer.

    Je me rappelle encore ce jour, où ayant décidé de me lancer dans le grand bain des créateurs d’entreprise, je fis l’acquisition auprès de mon ancien employeur d’un Macintosh IIfx, le Macintosh le plus rapide à son époque, un escargot drivé par une limace aujourd’hui… Quelle fierté et quelles sensations. C’était un état d’esprit, qui nous poussait à créer, oser, faisant fi des chemins tout tracés, nous donnant l’impression de participer à quelque chose de différent, d’être, nous, différents. Le départ de Steve jobs c’est un peu comme une séparation d’un groupe de rock qu’on a adoré, et dont on ne veut pas voir la fin, tant il nous parait inimaginable qu’il nous abandonne…

    Si la réussite financière d’Apple et de son créateur, est bien la preuve qu’il restera un visionnaire et sonne comme une une revanche vis à vis de tous ceux qui voulaient le marginaliser et nous avec, c’est aussi à contrario le constat d’un échec, quant aux aspirations des premiers fidèles, Apple étant devenu peu à peu un monstre qui ne laisse plus de place aux petits et à leurs différences, ayant depuis longtemps laissé ses idéaux dans les placards de Cupertino ou plus surement de Chine. La rançon du succès… ou le succès d’une rançon, ligotés que nous sommes désormais des technologies « aïe » (iPhone, iPad, ipod, etc.).

    Merci néanmoins Monsieur Jobs pour nous avoir permis de vivre cette aventure qui a collé avec celle du graphisme assisté par ordinateur, pardon par Mac, qui a été et demeure le meilleur compagnon de travail qui soit. »

    Un billet écrit le lundi 29 août 2011 avant l’annonce de son décès mais à l’officialisation du départ d’Apple de S. Jobs.

    Pour en savoir plus : http://sevcommunication.com/Blog

  7. Mon hommage !
    J’ai en mis du temps mais maintenant, je le tiens !
    http://santtchez.blogspot.com/2011/10/hommage-steve-jobs.html

Trackbacks/Pingbacks

  1. Récap’ de récup’ #1 | ActuLogo - [...] Conçu par l’agence londonienne Landor Associates (qui a d’ailleurs récemment fait évoluer son identité visuelle), le logo se constitue d’une …

Laisser un commentaire

Ca réclame